Bienvenue sur le site décrivant les Chroniques des Stellans, jeu d'écriture et de rôle par forum dans un univers mixte High Fantasy - Dark Fantasy.



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Frédérique Jolicoeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Frédérique Jolicœur

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Frédérique Jolicoeur    Jeu 8 Oct - 15:56


¤ DESCRIPTIF ¤


  • Nom : Jolicoeur
  • Prénom : Frédérique
  • Surnom : (pour son alter-ego mâle) Jolicoeur
  • Age : 19 mais en parait 16. Ou 15. A son grand désarroi.

  • Métier : Petite frappe. Correspond aux douteux métiers de tire-laine, coupe-jarrets, espion(ne).

  • Statut : Aucun.

  • Description physique : Un corps fin de liane, des cheveux d'un blond-roux chaud coupés sous les oreilles, des yeux pers malicieux, un nez du genre "où il pleut dedans" et une bouche aux lèvres pleines perpétuellement souriantes, voici les traits communs à Frédérique et à Jolicœur.
    Les différences sont subtiles, et néanmoins existantes : Frédérique privilégie des robes pratiques avec un petit décolleté permettant d'admirer sa cruelle absence de poitrine, dans des couleurs mettant en valeur son teint hâlé, ses yeux glauques et la ligne gracieuse de sa nuque. Jolicœur est vêtu de façon passe-partout, de brun et de beige.
    Dans leurs vêtements sont dissimulés des lames de jet dont ils savent se servir efficacement, ainsi qu'un poignard de petite taille.

  • Description psychologique : Frédérique joue t-elle un rôle en permanence, ou bien est-elle atteinte de schizophrénie, cela se discute. Ceci étant... Ses deux avatars se ressemblent beaucoup psychologiquement : tous deux sont également gais et charmants, cyniques avec une pointe de douceur, et d'une curiosité qui frise le pathologique.
    Peut-être Frédérique est-elle plus intéressée par l'humain et apte à entourlouper le chaland, peut-être Jolicœur joue t-il plus facilement de la lame et de sa vivacité pour obtenir des choses ne lui appartenant pas en propre... ou peut-être est-ce le contraire.

  • Descriptif du Don : Sympathie instinctive. Personne ne croyant réellement que l'adolescent(e) peut être nuisible de quelconque manière, ses exactions en sont donc singulièrement favorisées. Contrepartie : (nom à trouver). Parfois, alors que la logique froide voudrait que Frédérique agisse de façon X, la confiance que les gens ont en elle la force plus ou moins à agir selon leurs intérêts à eux. Ce qu'elle trouve révoltant, bien sûr.

  • Descriptif d'un actif stratégique : Amitié de la rue. Tires-laine, rapineurs et filles de petite vertu de la Petite Bourgade aiment bien les amusants feux follets que sont les "frère et sœur".

  • Type de combat / Arme de prédilection : Corps à corps / poignard / lames de jet.
  • Coefficient de dangerosité :[ Il vous sera donné par les administrateurs à la validation de votre fiche de personnage.]



¤ BACKGROUND¤

  • Famille ou entourage : Frédérique et Jolicœur se suffisent à eux-même.
  • Biographie :


      [♥] Actuellement :

      Le jeune garçon se retourne vers celui qui le suit.
      Trop loin. Ce margoulin allait tout faire capoter.
      Il siffle :

      - Tu te bouges le train, Jolicœur ?

      Le susnommé se contente de sourire en coin en accélérant le pas.

      - Allons, Spada. Tu es nerveux ?
      - Bien sûr ! Et tu ferais bien de l'être aussi.
      - Tsssss. Les autres font peur aux chevaux et arrêtent le carosse, et nous on détache la malle. Du tout cuit.
      - C'est ça.

      Les deux jeunes garçons se pressent néanmoins et rejoignent leur poste rapidement, juste au moment où une voiture déboule au trot. La laissant passer devant eux, ils sourient de concert devant l'efficacité de leurs compères : une mule a l'air récalcitrant donne un grand coup de pied dans des tonneaux empilés, qui se répandent dans la rue, presque sous les sabots des chevaux. La voiture freine et l'on peut un instant craindre qu'elle ne verse... mais non.
      Pendant que le palefrenier et un homme furieux descendent pour éclater en imprécations, Spada et Jolicœur se dirigent furtivement vers la malle arrière.
      Si Spada est silencieux, le blond fait quant à lui corps avec les ombres, et les deux jeunes gens parviennent à la malle sans être repérés, et s'activent jusqu'à ce que les liens la retenant au carosse cèdent.

      Mais alors que Spada amorce le retour Jolicœur, lui, se faufile jusqu'à la porte laissée entrouverte, et y jette un œil.

      - Bon sang !

      A l'intérieur, un écrin ouvert laisse apercevoir des pierres précieuses magnifiquement taillées, et non encore serties. Un regard plus loin... et il lance la patte dans la direction de la tentation faite écrin...
      ... juste avant que sa main ne soit attirée à l'intérieur -et lui avec- par quelqu'un dont la force est largement supérieure à la sienne.

      Jeté dans un coin, le jeune garçon secoue la tête, quand une voix traînante se fait entendre :

      - Je me doutais que ce n'était pas naturel,  ces tonneaux...

      Les yeux pers étincellent de contrariété. C'était une très bonne idée, ces tonneaux. Ce nobliau n'y connait rien !!
      Jolicœur se retourne, un sourire aimable aux lèvres, dévisageant l'inconnu brun et bien mis qui lui rend son regard.

      - Je ne sais pas de quoi vous voulez parler, Monseigneur... Je l'avoue, j'ai été subjugué par... ceci. Mais... je ne saisis pas cette histoire de tonneaux.

      Son regard se fait innocence absolue... à tel point qu'il voit frémir une interrogation chez l'homme : est-il possible que ce charmant adolescent fasse partie d'une bande ? Mais quand il pense que son client est ferré, celui-ci secoue la tête.

      - Nous verrons une fois que vous serez à la Garde.

      Jolicœur blêmit. Ça... Ça ne va pas être possible.
      Il se tend, mais l'homme se déplace pour couvrir la porte, disant sur un ton de regret :

      - Non. Désolé.

      Le regard à présent affolé du jeune garçon prend la mesure de la cabine exiguë, quand de l'extérieur lui parvient un sifflement : le cocher et l'autre homme reviennent. Plus le temps de finasser.
      Il se jette sur la porte, passant in extremis entre l'homme et celle-ci... pour sentir une fois de plus la poigne ferme se saisir de son bras. Se tordant tel un serpent, il plante dans l'avant-bras musclé un de ses surins et tombe au sol quand il est brutalement relâché.
      Sans prendre le temps de réfléchir, il détale.

      Plus tard le soir, après avoir été sévèrement engueulé par ses camarades d'infortune, dans sa chambrette, assise à sa table branlante devant un bol de soupe, Frédérique observe les pierreries d'un air ravi avant de les ranger précautionneusement à l'endroit le plus sûr du monde : sous son lit.

      Elle revient ensuite à la table, et prend un petit carré d'ivoire en mains, l'observant avec attention. Peint avec précision et délicatesse, l'homme du carosse. Peut-être se rendait-il à un rendez-vous amoureux, avec son portrait et des pierres pour sa dame ? Peut être autre chose ?

      La jeune fille souffle :

      - J'espère que vous ne perdrez pas l'usage de votre bras..

      Et lorsqu'elle se couche, le portrait est posé sur son oreiller.



      [♥] Il y a sept ans :

      - Frédérique ? Frédériiiiique ?

      Un baillement, et l'enfant blonde émerge des rêves.

      - Quoiiiiii ?
      - Lève-toi, fainéante ! Il est tard.

      La fillette descend du lit, frissonne quand ses pieds touchent le sol. Elle prend le châle de laine épaisse au pied de son lit et rejoint la salle.
      Ses parents et son frère sont déjà autour de la table, en train de manger, Frédérique ne doit les quelques minutes de sommeil en plus qu'à sa faible constitution : elle est vraiment trop petite et fluette. Tous les hivers, ses parents craignent qu'elle ne soit emportée par quelque mal. Mais pour le moment, l'enfant résiste, plutôt bien que mal.

      Le déjeuner se passe en silence, chacun concentré sur les tâches de la journée, s'articulant autour du jardin et des bêtes. Sans doute Frédérique et sa mère feront-elles un peu de tricot.Le soleil se lève, voilé. Maudit hiver qui s'annonce froid et humide.

      Les animaux s'agitent. L'âne brait, sur un ton affolé. Les poules passent en courant. Le père sort, fait un pas en arrière.
      Il crie :

      - La Main Blanche ! A la limite de nos terres !

      Pas bien loin, donc.La famille s'agite, en geste mille fois répétés : ne prendre que le nécessaire, fuir... C'est difficile, d'abandonner tout ce qu'on a. Mais la terreur donne des ailes, et ils sont prêts. Ils sortent, posent leurs quelques affaires sur le bourricot, et se tournent en direction de Logre...

      Se figent.
      Il est trop tard.
      Pendant les quelques courts instants où ils l'ont perdue de vue pour prendre de quoi survivre, la brume les a quasiment encerclés.

      Ils se mettent à courir, quand même.
      Parce qu'il y a toujours un espoir.

      Sur l'âne à demi fou de terreur, la petite fille aux yeux écarquillés regarde la forme mouvante se rapprocher d'eux, tendre des volutes de brume dans leur direction, les frôler.

      Elle la voit aussi engloutir sa mère, puis son père et son frère.
      C'est seule et à dos de bourricot qu'elle parviendra jusque dans les Taudis.


    ¤ AUTRES ¤


    • Notes supplémentaires ?
    • Intervenez vous sur d'autres forums, si oui, lesquels ?
    • Suggestions :
    • Recrutement : Je verrai si d'aucuns me semblent intéressés, j'ai ptêt des gens sous le coude...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prime Stellans
Admin
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 29/09/2009

MessageSujet: Re: Frédérique Jolicoeur    Ven 9 Oct - 19:15

Bonjour Jolicoeur,

Merci de ton inscription.

Ton niveau de dangerosité a été évalué à "Usuel"; ceci signifie que ton personnage ne peut normalement pas prendre le dessus sur un danger supérieur par le combat. Toutes autres circonstances peuvent néanmoins te faire succéder : ruse, fuite, dialogues, etc.

La contrepartie de ton pouvoir pourrait se nommer : "Impair, passe et manque", avec les effets que tu décris dans ta fiche.

Le sujet sera prochainement déplacé dans les fiches validées

Pour entamer ton premier rôleplay, tu peux soit :
- déposer une demande de rôleplay ouverte ici
- déposer une demande de scène au même endroit
- prendre directement contact avec l'un des joueurs validés pour lui proposer un rôleplay, ou un administrateur dans le cas .

Je te souhaite la bienvenue parmi nous et un bon jeu,

Le Prime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cdstellans.forumactif.com
Frédérique Jolicœur

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Frédérique Jolicoeur    Ven 9 Oct - 19:16

Merciii !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frédérique Jolicoeur    

Revenir en haut Aller en bas
 
Frédérique Jolicoeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Indiens d'Amérique
» L'Amérique Latine à l'image d'Haiti
» TNT - la télé tout numérique
» 7 août 2009 D’Arbenz, 1954, à Zelaya, 2009 : Chiquita en Amérique Latine
» pollution atmosphérique et allergie des enfants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Stellans :: [ ] :: Annales des Stellans :: Fiches validées-
Sauter vers: