Bienvenue sur le site décrivant les Chroniques des Stellans, jeu d'écriture et de rôle par forum dans un univers mixte High Fantasy - Dark Fantasy.



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Accueil de la Maison de l'Epine [PV Nhömas des Filantes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassandre d'Enamorati

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Accueil de la Maison de l'Epine [PV Nhömas des Filantes]   Mar 13 Oct - 0:21

Au loin, l'agitation du port semblait troublée par une arrivée impromptue ; un fiacre dévalait à tout allure la pente menant vers la mer, vers les navires, vers l'inconnu. Deux cavaliers l'entouraient, ouvrant la voie, quoiqu'il ne soit nécessaire de le faire, le bruit de la cavalcade précédant les chevaux. Les passants se retournaient, inquiets, voire incrédules, sur la voiture de facture vraisemblablement noble, au vu des sceaux dont étaient frappées les portières et des costumes impeccables des cavaliers. Qui pouvait-elle mener ? Les hauts dignitaires préféraient en général éviter la puanteur du port, ainsi que les marins bourrus.

La chevauchée fantastique s'arrêta enfin, près d'un Galion où de nombreux jeunes gens s'affairaient. Il venait d’accoster, à en juger par les innombrables caisses dont les marins le soulageaient. On aurait dit une fourmilière grouillant de vie, où chacun remplissait aveuglément sa mission, en bon ordre, et sans heurts.

L'un des cavaliers s'avança au trot, observa un moment le navire, puis revînt sur ses pas. Mettant lestement pieds à terre, il tendit les rênes au deuxième homme. Les badauds autour s'arrêtèrent presque de respirer, en attendant de voir ouvrir la porte du fiacre et d'enfin découvrir la personnalité cachée à l'abri de la voiture ; mais ce fut peine perdue.

"Restez là, et attendez que je vous fasse signe."

Le premier homme s'avança vers le galion. Ses cheveux noirs cuivrés cavalaient sur ses épaules, légèrement secoués par la brise ; ses yeux en amande fixaient le navire, comme essayant de percer tous ses secrets, ou d'y découvrir quelques pièges cachés. Son regard se porta soudain en direction d’une deuxième voiture, arrêtée tout près du port ; son équipage semblait guetter lui aussi les allées et venues des marins du galion. Mettant la main dans une poche intérieure de sa veste, le jeune homme aborda le conducteur du fiacre, et à force de sourires et de pièces d’or échangées, obtînt de lui qu’il reparte vers le centre de la ville, sans le passager qu’il était venu accueillir.

Car la personne tant attendue était sur le point de mettre pied à terre ; il s’agissait du Secrétaire de l’Epine, envoyé en Logre pour y préparer la venue d’un Ambassadeur.

Le cavalier rajusta sa veste, chassa quelques mèches de son visage puis s’approcha de l’intéressé.

« Monsieur des Filantes, Secrétaire de la Maison de l’Epine ? » s’enquit-il poliment, avant de faire une révérence exécutée parfaitement.

« Je me nomme Cassandre d’Enamorati ; je suis chargé par les autorités de Logre de vous aider à vous installer », reprit-il sans attendre de réponse. « Je serais votre guide et votre serviteur ; quoi que vous désiriez dans cette ville, j’essaierais de vous satisfaire pleinement par mes services. »

Cassandre fit un geste convenu du bras droit, indiquant à la voiture de se rapprocher.

« Je me suis permis de vous avancer un fiacre afin de transporter vos affaires. Quant à la Maison que vous occuperez, j’ai sélectionné plusieurs Manoirs dans les beaux quartiers de Logre ; j’espère que vous trouverez l’un d’eux assez à votre goût pour que vous consentiez à y établir votre Ambassade. »

Devant l’air peu convaincu de Monsieur des Filantes, Cassandre retira de sa veste une lettre ornée d’un sceau peu équivoque.

« Voici mes références. Bien entendu, s’il arrivait que je ne vous satisfasse pas entièrement de quelque manière que ce soit, vous seriez en droit d’exiger que quelqu’un d’autre me remplace à votre service. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nhömas des Filantes

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Re: Accueil de la Maison de l'Epine [PV Nhömas des Filantes]   Mer 14 Oct - 23:43

A peine eût-il le pied posé à terre, après plus d'un long mois de traversée, que les circonstances le cernèrent.

« C'est fort aimable » rendit-il sobrement en s'emparant de la lettre présentée. Il sauta de lignes en lignes à la recherche des compétences et des appétences de ce possible subordonné, puis, plongea directement jusqu'à la signature annoté au bas de la page. Sans mot dire, il observa les contours mécaniques laissés par une empreinte de cire aux motifs d'un obscur service de l'administration de la ville. Sans se presser le moins du monde, il plia la missive en trois parties égales, avec un luxe de précautions un tantinet exagéré puis la glissa dans l'une des poches intérieures de son mantel.

« Vous êtes employé à la journée, aux qualifications de facilitateur. A cet usage, vous serez à la disposition du personnel de la Maison de l'Epine, afin de répondre à leurs questions et besoins spécifiques. » entama-t-il en retirant son manteau dont le col à large bord, utile par temps pluvieux ou de grands vents, se révélait être une plaie en journée ensoleillée.

« En l'occurrence, notre cuisinier aura besoin très rapidement d'une visite des halles et autres marchés » poursuivit-il d'un ton concerné, comme si le sujet revêtait une toute particulière importance. Il plia son manteau sur son bras et se porta quelques instants auprès de ses compagnons, avec lesquels il échangea le temps d'une minute ou deux.

« En route, Monsieur d'Enamorati, il s'avère que suis attendu en ville » annonça-t-il d'un ton légèrement péremptoire. Il ouvrit la porte de la calèche et s'y engouffra sans fioritures. Monsieur d'Enamorati s'installa à sa suite et c'est en passant la tête par la fenêtre qu'il fixa une première adresse au cocher.

« Je vois que Monsieur est déjà un habitué de la cité de Logre » complimenta le nouvel employé de la Maison de l'Epine.

« Nullement. Mais il était fort probable que votre cocher, lui, le soit. » précisa le Secrétaire de l'Epine, lorsque le carrosse s'ébroua. Nhömas tira sur les rideaux et se dégagea un point de vision des deux côtés de la route. Prendre ses repères et évoluer le plus rapidement sans la tutelle de ce gênant Monsieur d'Enamorati venait étrangement de passer au rang de ses priorités.

« Si Monsieur souhaite quelques renseignements sur son point de destination, peut être pourrai-je vous apporter quelques éclaircissements ? »
glissa Monsieur d'Enamorati, en affichant une humilité que le Chevalier jugea comme tout à fait convaincante et professionnelle.

« Je dois effectuer quelques premières visites d'affaires, vous m'assisterez de vos conseils. N'hésitez pas à me couper si vous m'estimez mal engagé. Mon aide comptable n'est pas encore arrivé en ville et je dois traiter quelques urgences. » dit-il en souriant. « C'est qu'il faut bien assurer l'intendance. »

Monsieur d'Enamorati sourit légèrement.

« Le proverbe populaire prétend qu'en Logre, l'on vit pour l'Or, et l'on meurt par l'Ogre. » présenta-t-il sérieusement. « Refusez d'office le premier accord que l'on vous présentera et badinez au second. Ne commencez à être intéressé que plus tard, à la condition que l'on ne tente pas de vous escroquer éhontément. »

« Charmant » répondit il d'un air peu affecté.

Il s'enfonça dans son siège et croisa ses jambes élégamment bottées.

« Présentez moi les demeures que vous avez repéré pour le compte de l'Epine pendant notre trajet. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre d'Enamorati

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Re: Accueil de la Maison de l'Epine [PV Nhömas des Filantes]   Jeu 15 Oct - 23:35

Cassandre respira profondément. Le premier contact avec l’émissaire de l'Epine était plutôt satisfaisant ; pour preuve, l’espion n’avait pas été renvoyé à la faveur d’une autre personne. Cependant, Monsieur des Filantes n’hésiterait pas à la tester, et elle s’en méfiait d’avance. Cet homme-ci, bien qu’étranger et peu connaisseur des affaires de Logre, semblait être un habile négociateur, aussi efficace qu’un des requins des Maisons Nobles. Elle n’avait aucun doute sur le fait qu’il se serait parfaitement débrouillé sans elle. Mais ses ordres étaient ainsi – chaperonner le représentant de l’Epine.

Elle s’humecta les lèvres tout en gardant un œil sur les alentours du fiacre. Elle ne craignait pas d’attaque, mais certains commerçants de Logre haïssaient profondément l’Archipel de l’Epine ; en effet, ces îles n’étant pas soumises à la Main Blanche comme le continent, leur économie ne s’était pas effondrée comme celle des Cités Impérieuses. Les produits insulaires étaient par conséquent restés à un prix relativement bas par rapport à des articles continentaux, ce qui avait attisé l’ire – ainsi que la ruine – de nombreux marchands logriens. Aussi, si des commerçants avaient pu apprendre l’arrivée d’un représentant de l’Epine, elle devait s’attendre à quelques grabuges.

« J’ai examiné avec soin une dizaine de Manoirs actuellement en vente ; j’en ai éliminé certains et gardés d’autres à votre choix », commença-t-elle d’une voix égale. « Ceux que j’ai sélectionnés sont bien évidemment dans le quartier des Loges – le quartier des Maisons Nobles de Logre. »

Cassandre s’arrêta un court instant, le temps pour elle d’organiser ses pensées et de laisser un léger suspens à l’Epineux.

« Le premier Manoir que je vous décrirais est une fort belle demeure, qui ne nécessite pas ou peu de travaux de rénovation », continua-t-elle. « Les pièces sont assez nombreuses pour loger tous vos serviteurs – ainsi que quelques visiteurs de passage. Le Manoir possède même une salle de bal bien plus spacieuse que la normale ; l’on pourrait y placer sans peine trois galions comme celui qui vous a amené à Logre. Je dois cependant vous signaler que cette abondance de luxe, pour une ambassade, pourrait fortement déplaire et par conséquent nuire à vos affaires. De plus, cette demeure a été construite par un des mécènes les plus célèbres de cette ville, ce qui pourrait encore une fois attirer la colère de mes compatriotes. »

L’attention de l’espion fut soudain attirée par des cavaliers passant en trombe près du fiacre ; mais aucun d’eux n’eut de geste déplacé envers son invité et l’incident fût rapidement écarté par la poursuite du récit.

« Le deuxième Manoir est de conception plus modeste », reprit-elle. « Il jouxte sur un de ses côtés les Jardins Suspendus, auxquels il a autrefois appartenu. De cet ancien rattachement, il garde un toit aménagé pour la culture de végétaux ; néanmoins, je soupçonne fortement la demeure d’être en proie à des infiltrations d’eau, bien que je n’en ais eu la preuve. De mon avis personnel, c’est un endroit charmant pour vivre, peut-être moins pour y faire des affaires. »

La Dame chassa de son visage quelques mèches rebelles et esquissa un fin sourire.

« Le troisième et dernier Manoir qui pourrait vous convenir est de loin mon préféré, tant par ses aspects pratiques qu’esthétiques. Situé au cœur des Maisons Nobles, il est constitué de plusieurs ailes et de plusieurs étages. Le rez-de-chaussée possède une salle de bal, de nombreux bureaux et de deux grandes cuisines séparées. Il a été longtemps laissé à l’abandon, du fait de son prix élevé ; mais j’ai réussi à obtenir une baisse conséquente s’il vous convenait de l’acquérir. Il y a donc plusieurs travaux de rénovation à prévoir, mais pas de gros œuvres. La raison pour laquelle ce Manoir me semble tout à fait approprié pour une ambassade est son mur d’enceinte : il est imposant, haut, parfaitement sécuritaire et dissuasif. De même, le portail est fait d’une grande grille de fer forgé, assez sobre et très solide. Il n’y a pas de petites ruelles à proximité de la demeure ; les rues sont larges et dégagées, ce qui ajoute à la sûreté de l’endroit. Je vous le conseille fortement – bien que l’achat d’un Manoir dépende totalement de vos choix, Monsieur des Filantes. »

Elle se tut enfin, le visage tourné vers le Secrétaire de la Maison de l’Epine pour y lire une quelconque réaction à ses propos, tandis que le fiacre continuait sa course à travers les rues de Logre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nhömas des Filantes

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Re: Accueil de la Maison de l'Epine [PV Nhömas des Filantes]   Ven 16 Oct - 11:51

C'est avec une attention manifeste que le Chevalier profita de la présentation réalisée par son tout nouvel assistant. Croisant les bras le temps de la réflexion, le Secrétaire procéda à l'analyse de la situation, avant de reprendre la conversation.

« Excluons d'office le premier et le second choix. Vos conseils sur l'appropriation du patrimoine artistique de Logre sont justes et cela serait une erreur manifeste de sous-estimer le ressentiment populaire qu'un tel acte pourrait générer.» dit-il d'une voix mécanique.

« Concernant la demeure en bordure des jardins, ce n'est pas tant de possibles infiltrations d'eaux qui m'inquiètent, mais la proximité du Jardin du Pendu. D'après vos précisions, cette demeure jouxte le domaine public. Par conséquent, ce qui fut rendu un jour, peut être repris le suivant. N'étant point joueur avec l'argent d'autrui, il me faudra trouver une autre solution. » précisa-t-il pendant que le carrosse ralentissait, jusqu'à s'immobiliser complètement.

Monsieur des Filantes émergea du Coche le premier, suivi de son acolyte. Feignant d'observer les devantures de ce quartier commerçant, où de nombreuses officines privées traitaient d'affaires d'envergures, il s'interrogea néanmoins sur l'intérêt que pouvait avoir le Conseil à ne présenter qu'un choix possible, parmi trois demeures.

« Il nous faudra visiter votre troisième choix, et en trouver deux de plus, afin de faire jouer différentes options. » précisa-t-il sobrement en passant son mantel sur ses épaules. Il ajuste le haut col et s'orienta vers le cocher, perché en haut de sa mécanique infernale.

« J'ai bien peur que mes affaires ne me retiennent dans ce quartier toute la journée. Ne nous attendez pas tout ce temps, nous nous retrouverons ce soir, ici-même. » posa-t-il d'une voix neutre. Le cocher hocha de la tête et écarta rapidement son carrosse du passage. Le Secrétaire tira une liasse de lettres d'une poche de revers de son manteau et passa pompeusement la porte du bâtiment lui faisant face.

Le reste de la journée se révéla riche – c'est le cas de le dire – d'enseignement. Les poches pleines de lettres de créances, le Chevalier s'avança sur un champ de bataille méconnu de son expérience d'homme de la Cour : celui des affaires. Négociant pied à pied avec d'importants grossistes, importateurs tant qu'exportateurs, il ne prit guère le temps de la préparation avant de se jeter dans la mêlée.

A leur grand désarroi plusieurs fournisseurs locaux se trouvèrent soudainement débiteurs de plusieurs centaines de monnaies d’or envers la Couronne, par un habile jeu d’échange de lettres de marque et de crédit. Des négociants souhaitant travailler avec la Couronne d’Epine se virent contraint à signer des lettres de crédit en échange de contrats d’exclusivité sur l'exportation de farine de Glaïs et l'importation de métaux lamés. Ces lettres de marque, valables seulement en Logre, furent échangées auprès des débiteurs locaux contre des lettres de crédit, valable auprès des institutions financières de la Cité.

Autour des tables de négociations, le Chevalier se montra d’une extraordinaire combativité, à défaut d’une parfaite compétence, des heures de négoce ne le dérangeant guère plus qu’une longue sieste estivale. Cette attitude portait gravement sur l’humeur de ses interlocuteurs. En tant que Chevalier, il n’avait pas l’habitude de badiner avec les affaires concernant de la Couronne. Cette dernière étant l’émanation du peuple, il aurait eu l’impression de voler ses compatriotes s’il s’était épargné à la tâche. De plus, ses interlocuteurs n'ayant pas l’habitude de négocier avec un étranger manquèrent souvent de repères pour affiner leurs arguments commerciaux.

Monsieur des Filantes eût le bon sens de refuser les arrangements commerciaux auquel il ne comprenait rien et résista à une invention qu’il trouva géniale, quoique trop belle pour être vraie, le taux d’intérêt. Qu’on lui rende ce qu’on lui devait lui paraissait déjà le bout du monde et suffisait totalement à sa bonne humeur. Il prit néanmoins sur lui de paraître le plus aimable possible et de laisser planer quelques promesses de futurs contrats commerciaux en Épine, qui rendirent le sourire à ses interlocuteurs.

Ce n'est qu'au soir, lorsque Monsieur d'Enamorati et Monsieur des Filantes reprirent pied dans leur carrosse, qu'ils remarquèrent l'extraordinaire fatigue nerveuse provoquées par sept heures d'intenses négociations.


« Par pitié, Monsieur d'Enamorati, allons diner. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre d'Enamorati

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 11/10/2009

MessageSujet: Re: Accueil de la Maison de l'Epine [PV Nhömas des Filantes]   Ven 16 Oct - 18:20

Les heures passées en compagnie de fiers marchands avaient été éprouvantes pour Cassandre, mais riches en informations. Premièrement, Monsieur des Filantes s’était révélé être comme prévu un fin négociateur ; deuxièmement, il était loin de se laisser abattre par la somme colossale de travail qui l’attendait, dès son arrivée à Logre. Beaucoup d’autres personnalités auraient préféré se reposer à la descente du Galion, laissant leur facilitateur s’occuper de régler nombre de problèmes liés à leur séjour. Le Chevalier était au contraire manifestement très capable ; le fait qu’il se méfia de son chaperon en ajoutait sur ses compétences en tant qu’émissaire d’un royaume étranger.

Heureusement pour l’espion, certains des commerçants redevables à l’Epine s’avéraient être des mauvais payeurs : quelques mois auparavant, Cassandre avait eu pour mission de relever des preuves attestant d’actes de fraude, notamment dans le non paiement de taxes d’importation. Tous se souvenaient avoir été démasqués puis menacés – non ouvertement, bien entendu – par l’envoyé du Conseil, Monsieur d’Enamorati. A force d’expliquer qu’il serait regrettable que les militaires du Logrus apprennent qu’ils devaient la baisse de leur solde au non règlement ce tribut, qui participait pour beaucoup à leur salaire, nombre de marchands soit disant honnêtes avaient vu leurs visages virer au blanc. A force d’insinuer que s’ils tenaient un tant soit peu à leur commerce – voire à leur vie – ils devraient la jouer fine envers le Conseil, ils comprirent, en voyant Monsieur des Filantes accompagné de Cassandre, qu’ils devaient impérativement abréger les négoces de quelques heures.

Les étoiles commençaient à pointer lorsqu’ils remontèrent dans le fiacre. L’heure du dîner était depuis longtemps passé sans qu’ils n’aient pu rien avaler ; aussi, Cassandre du compter sur sa prévoyance pour proposer un repas tout aussi consistant que reposant.

« Si Monsieur me permet, j’ai depuis un certain temps prévenu mes serviteurs afin qu’ils tiennent prêt un repas chaud, dans ma propre Demeure » proposa l’espion. « Bien qu’il pourrait ne pas convenir à votre rang de vous présenter mon Manoir d’une façon non officielle, j’ai pensé qu’il serait bienvenu de vous accorder un repos de quelques heures. »

Cassandre inspira profondément tout en ajustant sa veste, quelque peu froissée par la station assise qu’elle avait tenue quasiment toute la journée.

« Je vous prie de m’excuser si vous trouvez cette proposition quelque peu inconvenante ; mon seul souci étant votre bien-être, évidemment » poursuivit-elle.

Devant l’absence de commentaire de son invité, la Dame reprit la parole.

« Ne sachant pas quels étaient vos goûts, j’ai préféré commander plusieurs plats que vous choisirez à votre convenance, dont une viande blanche, une viande rouge, plusieurs types de légumes et fruits courants à Logre. J'ai exclu le poisson, pensant qu'après autant de temps en mer, vous ne désireriez que des mets venant de la terre ferme. Vous ordonnerez à mon sommelier ce qui vous sied le plus en matière de vin, en espérant que ma cave possède de quoi vous satisfaire, Monsieur. »

S’arrêtant quelques secondes de parler, elle scruta de ses yeux le ciel qui devenait de plus en plus sombre, paré de millier de petites lucioles immobiles. Puis, se tournant vers le Chevalier des Filantes, Cassandre continua son monologue.

« J’ai pris soin de vous faire parvenir quelques friandises de votre Archipel, Monsieur, pour que vous puissiez comparer les goûts des Logrusiens avec ceux de vos compatriotes. Lorsqu’il sera temps que vous donniez réception dans votre ambassade, je gage que cette information s’avérera payante » précisa-t-elle. « Pour le restant de la nuit, je vous ai aussi fait préparer des appartements – quelques peu spartiates, vous m’en excuserez encore – dans mon Manoir. Le temps que vous trouviez la Demeure idéale où vous installer, bien entendu. Il est regrettable que je n’ai pu vous offrir mieux pour cette nuit ; mais à Logre, les critères de l’hospitalité ont quelques peu changé depuis l’apparition de la Main-Blanche. Il me serait pénible de vous voir subir un affront par l’indélicatesse de mes semblables dans une autre Maison Noble, quand je peux vous accueillir chez moi avec tout l’honneur qui sied à votre rang, » acheva-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Accueil de la Maison de l'Epine [PV Nhömas des Filantes]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Accueil de la Maison de l'Epine [PV Nhömas des Filantes]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Gifs et smileys de la maison du soleil...
» Maison de Nara
» Maison de Riiko
» La maison de Evans Paul vandalisee par les siens
» Image sur l'accueil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Stellans :: Chroniques des Stellans :: Logre - Cité des Primes Stellans :: [Quartier] Port de la Petite-Bourgade :: [Lieu] - Le Port aux six Récifs-
Sauter vers: