Bienvenue sur le site décrivant les Chroniques des Stellans, jeu d'écriture et de rôle par forum dans un univers mixte High Fantasy - Dark Fantasy.



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hermine d'Aneval [Capitaine Corsaire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hermine d'Aneval

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 26/10/2009

MessageSujet: Hermine d'Aneval [Capitaine Corsaire]   Mar 27 Oct - 15:53


¤ DESCRIPTIF ¤



  • Nom : D'Aneval née Saint-Just
  • Prénom : Hermine
  • Surnom :
  • Age : 26 années
  • Métier : Capitaine Corsaire de la frégate l’Hurle-vent.
  • Statut : Membre (contestée) de l’aristocratie de Logre, par son mariage de convenance avec Le Sieur Nicolaïs d’Aneval
  • Description physique : (6 lignes minimum)
    Hermine n’est pas à proprement parler une Beauté. Elle n’est pas de ces femmes, dont les poètes louent joliment les traits ciselés et aristocratiques, le teint rosé d’une poupée de porcelaine ou la douceur féminine de courbes plantureuses. Elle possède un charme tout autre, totalement opposé à ces chattes de salon sophistiquées, qu’elle méprise tant.

    Ses longs cheveux d’un blond cendré s’évaporent dans son dos, en boucles désordonnées et rebelles que les vents marins ne cessent d’emmêler. Parfois, elle attache au dessus de son crâne, d’une paire d’épingles discrètes, les mèches agaçantes balayant son visage, mais bien souvent, ils restent libres, tombant en cascade sur ses épaules et ses joues.

    Son visage d’un ovale parfait, se pare d’une fine cicatrice glissant sur sa peau opaline, de sa tempe gauche, au centre de sa pommette. Loin de la défigurer, elle rehausse habilement l’expression froide et la lueur dangereuse de son regard de glace. Ses prunelles d’un bleu pâle s’irisent des éclats de l’hiver, ajoutant au charisme froid de la jeune femme. Un nez mutin, des lèvres pleines, un menton volontaire en achèvent le portrait assez joli sans tomber dans les extrêmes.

    Hermine, silhouette aux courbes légères et à la souplesse féline, se pare d’un mantel bleu nuit, bordés de broderies dorées, dont le col dévore une partie du visage. Chaud et élégant, il s’ouvre sur un bustier aux teintes similaires, parfaitement ajusté pour attirer les regards sans rien dévoiler de ses charmes. Cerclant sa taille élancée, une ceinture de cuir s’orne en son dos, d’un fourreau dissimulé et de sa dague à lame courbe. Un pantalon encre, épousant les déliés de ses jambes, des bottes de cuir, complètent sa tenue pratique, élégante sans être ostentatoire

    Précisons également, sur sa hanche, le balancement régulier, au grès de ses mouvements, d’une rapière ouvragée dans son écrin de cuir. Une pièce somme toute banale, mais parfaitement équilibrée et déjà rompue aux exercices du duel.


  • Description psychologique : (6 lignes minimum)
    Inflexible, fière, ferme mais juste, l’Hermine d’aujourd’hui ne ressemble plus en rien à la fillette soumise et tremblante sous l’égide paternelle, ni à cette épouse docile endurant sans un mot les excès de son mari. Elle a perdu cette morosité permanente, cette docilité apparente, s’affranchissant de ces autorités masculines écrasantes. Elle se sent vivante, croquant avidement sa nouvelle vie et non cette coquille vide arpentant les Loges comme un fantôme. Pourtant les traces de son éducation subsistent irréversiblement dans ses attitudes. Froide, distante, elle sait se parer d’un masque impénétrable et impassible, si bien qu’il semble difficile de l’atteindre, autant physiquement que mentalement.
    Cultivée, rouée aux us et usages des cercles mondains, et bretteuse plutôt talentueuse, elle connait sa valeur, ses faiblesses et ses forces et compte bien mener sa vie, son navire, ses matelots comme elle l’entend sans se voir de nouveau enchainée à un homme. Et rien ne vaut plus, pour elle, que sa liberté.



  • Descriptif du Don :
    Masque d’impassibilité : Comme dis précédemment, le visage d’Hermine reste totalement fermé à ses interlocuteurs, affichant un calme impassible et inexpressif pouvant se qualifier de froid. Impossible de lire ses sentiments, de savoir si elle dit vrai ou conte mensonges, de connaitre ses intentions déguisées. Toutes émotions semblent inaccessibles et toutes tentatives de l’atteindre semblent se briser sur ce masque. On ne sait jamais quel jeu elle a en main.
    Evidemment ce don n’est effectif que sous certaines conditions et absolument pas valables dans des cas tels qu’une séance de torture ou autres joyeusetés du même acabit


  • Descriptif d'un actif stratégique :
    Hermine est capitaine de vaisseau. De ce fait, elle exerce son autorité sur environ quatre-vingt marins chevronnés aux rigueurs impétueuses de la mer et aux affrontements maritimes. Natifs pour la majorité d’entres-eux, des rivages de l’Epine, ils n’en demeurent pas moins triés sur le volet. Loyaux, ils vouent à leur Capitaine un profond respect, même si leurs propensions à se défouler dans les tavernes moribondes des quais, avec quelques vinasses mal dégrossies ou filles de joies édentés leurs procurent parfois de sévères punitions. Dame d’Aneval exige de son équipage retenue et discipline, mais bien qu’elle le dirige d’une main de fer dans un gant de velours, elle fait toujours preuve d’un sens absolu de l’équité et de la justice. Ce qui lui vaut sans aucun doute la déférence de son équipage

  • Type de combat / Arme de prédilection : Elle privilégie la rapière et s’estime une bretteuse d’un niveau tout à fait convenable. Notons qu’elle ne néglige pas non plus le lancer de couteaux fort utile, parfois, pour ses affaires.
  • Coefficient de dangerosité : Compétent



¤ BACKGROUND¤



  • Famille ou entourage :
    Hermine ne connait rien de sa mère. Elle ignore si celle-ci vit encore, bien qu’elle en doute fortement et s’en moque totalement en vérité. Quand à son père, ancien marchand de Logre, réputé pour ses activités un tantinet douteuses, il repose à présent au cimetière de la citadelle.
    De même que le tombeau vide de son époux Nicolaïs d’Aneval, victime de la Main Banche.


  • Biographie : ( 15 lignes environ, sans réel maximum, sous réserve d'être dans le ton ainsi que dans le contexte)

    Hermine n’eut pas une enfance chaleureuse, bercée par la douceur calme d’un foyer aimant et la présence maternelle bienfaitrice. En vérité, elle ne sut jamais rien de celle qui l’enfanta par une triste nuit d’hivers. Fantôme de ses souvenirs enfantins… Elle ne connut pas même son nom, banni comme un mot maudit, de la maisonnée des Saint-Just. Son père ne tolérait aucunes allusions, aucunes questions quand à ce sujet, et savait se montrer d’une intraitable cruauté lorsqu’elle se perdait à lui désobéir. Les premières années de sa vie, élevée par un précepteur privé, on lui inculquait avec une grande sévérité les principes de la Cour, les bienséances et les règles régissant les plus prestigieuses assemblées. En effet, Maitre Basile Saint-Just à défaut d’avoir un fils pour poursuivre ses activités marchandes plus ou moins légales, espérait de sa fille, gravir les échelons sélectifs de la bonne société et accessoirement des cercles fermées de la noblesse. S’ouvrir les portes d’un monde rendu inaccessible par sa naissance, et où les pièces sonnantes ne pouvaient lui offrir un titre ou une généalogie.

    Si Maitre Basile n’était qu’un arriviste, il n’en demeurait pas moins un arriviste intelligent. Il s’appliqua à instruire à sa fille, en sus des arts, de la danse, des travaux d’aiguilles propres à la gente féminine, quelques notions forts utiles de mathématiques, de littératures et d’escrime. Rien d’érudit mais suffisamment pour parfaire son éducation et délier son esprit aux exercices intellectuels. Quand à l’escrime… il se plaisait à annoncer : « pour un esprit sain, dans un corps sain, rien ne vaut les bottes d’un duelliste. En plus ça pourra toujours te servir. ». Inutile de préciser que cette dernière activité, suivie avec ardeur avait toute la préférence de la jeune fille. Et combien de fois, s’échappa-t-elle de ses livres de sciences et de leur migraine, pour une rapière et un épouvantail de paille.
    Une chose est certaine, Son Père sut faire d’elle, une demoiselle rompue aux us et usages des Cours, rouée aux jeux sournois des courtisans mielleux, une jeune femme au calme souverain, aux sentiments parfaitement contrôlés et à l’intelligence exacerbée.

    A dix-sept ans, tout juste révolu, par une douce journée d’automne, il la maria à un noble. Jamais Hermine n’oublierait le tremblement de son corps en dévisageant pour la toute première fois celui qui partagerait le soir même ses draps. Le promis, un homme d’expérience, noble de surcroit désargenté lui adressa tout juste une œillade. Il lui offrait son nom, son prestige et elle lui donnait sa dot bien fournie, sous le regard satisfait de son Paternel qui s’ouvrait ainsi la voie des Loges.

    Les années se succédèrent, déplaisantes et semblables auprès d’un mari infidèle. Il lui reprochait sa stérilité, ses origines, sa froideur. Au moins ne lui faisait-il plus l’offense d’imposer ses devoirs conjugaux, préférant à sa femme glaciale, les charmes de quelques courtisanes accortes et de domestiques peu farouches. Les journées se suivaient, mondaines, fastueuses et terriblement ennuyeuses. Hermine délaissait de plus en plus leur maison des Loges pour se réfugier dans la campagne calme de leurs domaines au grand dam de son Géniteur.

    Maitre Basile Saint-Just trouva la mort, subitement, assassiné au détour des Jardins Suspendus. Son décès soudain, ne causa guère de larmes à Hermine dont l’affection envers cet homme s’était éteinte dès son enfance. Elle n’avait été que pion de son jeu, qu’une carte habilement placée sur une table de piquet. On ne retrouva jamais le malandrin, auteur de cette perfidie. Etait ce la vengeance d’un époux bafoué dans son honneur, d’un rival un peu trop jaloux de tant de réussite ou peut-être d’un fournisseur peu recommandable mécontent ? Nul ne le sut jamais. Cet événement marqua pourtant un tournant dans la vie de la jeune femme.

    Seulement quelques mois plus tard, le destin s’acharna de nouveau sur sa vie et sa maisonnée. Sieur Nicolaïs d’Aneval retenu sur son domaine pour superviser la réparation de fermes, disparut dans les volutes de la Main Blanche. La brume maudite engloutit leurs gens, leurs terres et leurs bêtes, abandonnant presque sans ressources la jeune veuve. Les mauvaises langues se délièrent, s’offrant une curée. Les chaperons, douanières et autres vipères s’en donnèrent à cœur joie, détruisant minutieusement la réputation de la jeune femme ruinée, distillant ragots et rumeurs. Malgré son mariage, elle ne s’apparentait pas à leurs hautes-sphères… après tout elle n’était que la fille d’un simple marchand qui avait certes réussi, mais un marchand tout de même.
    Désavouée, abandonnée par les illustres membres de cette famille dont elle portait le nom… elle disparut des cercles mondains et même de Logre, emportant avec elle les lambeaux de son héritage paternel encore intact.

    Et Hermine d’Aneval sombra dans l’oubli.

    Jusqu’à aujourd’hui. Où était elle passé durant ces quelques années ? Et comment était elle parvenue à devenir Capitaine de Frégate ? Et cette cicatrice barrant sa joue ? Autant de questions qui restaient sans réponses. Les rumeurs d’antan circulaient à nouveau, s’amplifiant, se distordant de ragots tout neufs. Dans les tavernes, certains murmures se faisaient plus pressant… et certains mots plus présents …. « Pirate » .




¤ AUTRES ¤


  • Notes supplémentaires ? En espérant que tout soit bon.
  • Intervenez vous sur d'autres forums, si oui, lesquels ?
  • Suggestions :
  • Recrutement : oui je pense à une ou deux personnes peut être.


Dernière édition par Hermine d'Aneval le Mar 27 Oct - 17:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prime Stellans
Admin
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 29/09/2009

MessageSujet: Re: Hermine d'Aneval [Capitaine Corsaire]   Mar 27 Oct - 17:23

Bonjour et bienvenue Hermine.

Tu es validée, avec toute les félicitations du jury.

Ton Coefficient de dangerosité, au regard de ton expérience et de tes talents, est estimé à Compétent.

Compétent est le niveau de dangerosité maximum pour un personnage nouvellement créé, hors Don au combat.

Si tu souhaites inviter des joueurs, qu'ils me précisent avoir été invité par tes soins.

Le sujet sera prochainement déplacé dans les fiches validées

Pour entamer ton premier rôleplay, tu peux soit :
- déposer une demande de rôleplay ouverte ici
- déposer une demande de scène au même endroit
- prendre directement contact avec l'un des joueurs validés pour lui proposer un rôleplay, ou un administreur dans le cas .

Je te souhaite la bienvenue parmi nous et un bon jeu,

Le Prime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cdstellans.forumactif.com
 
Hermine d'Aneval [Capitaine Corsaire]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [inscriptions jusqu'au 06/05/11] L'entrée en scène du premier Capitaine Corsaire
» Skuka Angelica (Capitaine Pirate d'Armada)
» Loronak du Rohan - Capitaine de Gil-Estel
» Le vocabulaire du Capitaine Haddock
» capitaine et veteran de minas tirith en "nmm"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques des Stellans :: [ ] :: Annales des Stellans :: Fiches validées-
Sauter vers: